Le cours de l’action EDF en danger : les revendications écologiques en cause

Le cours de l’action EDF en danger : les revendications écologiques en cause

La société EDF est depuis très longtemps comptée parmi les sociétés les plus grandes et les plus influentes de la France. Cotée en bourse depuis de très longues années, elle emploie environ 160.000 personnes. La société produit et distribue de l’énergie électrique et du gaz.

Leader dans son pays, elle y possède plusieurs filiales et a réalisé l’année dernière 69 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Acheter des actions EDF va se révéler très profitable. Cependant, des revendications de type écologique pourraient tout remettre en cause. Il se pourrait même que le cours de l’action soit en danger. Explorons mieux la question.

L’action EDF aujourd’hui

Actuellement, l’action EDF est à 14,04 euros. Elle a augmenté de 0,18%. Malgré la privatisation dont elle a récemment fait l’objet, il est à notifier que la société tient le coup. Elle intervient par ailleurs dans des pays comme l’Italie et le Royaume-Uni.

Sur le terrain, ses principaux concurrents ne lui mènent néanmoins pas la vie facile. Engie, ENI et Direct Energie se font progressivement une place sur les marchés français et européen. Lampiris, Planete Oui et Happ-e, d’ailleurs non cotées en bourse, ne laissent également pas trop de répit à EDF.

Les revendications écologiques

Plusieurs facteurs influencent le cours de l’action de la société EDF. Il s’agit notamment du marché de l’énergie, fortement concurrentiel en France. Il s’agit également du prix du gaz et de celui du pétrole. Les avancées technologiques en matière d’énergie verte ont aussi leur mot à dire. De plus en plus surtout, des revendications écologiques surgissent d’un peu partout.

Ces revendications résultent de la décision de la société EDF de s’engager dans le nucléaire. Selon les dirigeants de la société, cette nouvelle mesure permettra une meilleure fourniture de l’énergie électrique.

Elle est d’ailleurs déjà appliquée et a même donné suite au problème d’enfouissement des déchets nucléaires. C’est ce dernier problème qui a une fois de plus réveillé les associations écologiques, dont la plus célèbre, Greenpeace. Cette dernière vise notamment la sortie de la France du nucléaire.

EDF ne compte pas se séparer pour autant des énergies renouvelables. Il fut rapporté que la société sera scindée en deux. La première partie scindée s’occupera de la ‘’sanctuarisation du nucléaire’’. Quant à la seconde, elle aura une part dans les énergies renouvelables.

Les conséquences sur le cours de l’action de la société

À cause de ce projet d’enfouissement des déchets radioactifs, le cours de l’action était déjà en forte baisse en janvier 2016. Le 12 de ce mois en effet, l’action a connu une chute de 11,72 euros, soit 6,3% de recul. Cette année, EDF a carrément touché le fond. Il s’est agi de son plus bas historique en bourse. La société se relèvera des années plus tard avant de monter encore depuis peu des signes de faiblesse au niveau de la bourse.

De plus en plus rapprochées, de mieux en mieux organisées et visant à déstabiliser le  système mis en place par EDF pour le développement du nucléaire. Elles sont en train d’atteindre leur objectif, car, les fluctuations sont très fortes et tirent l’entreprise vers le bas. Il serait par conséquent utile de prendre des précautions avant de s’y lancer.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *