L’impact de la crise de 2008 sur les indices tels que le CAC 40

L’impact de la crise de 2008 sur les indices tels que le CAC 40

L’année 2008 est l’une, qui de toute restera bien gravée dans les archives des grandes bourses européennes y compris celle de Paris. Comme un coup de foudre, la crise a pris en une seule semaine une allure dangereuse, dont les séquelles ont touché presque tous les secteurs et ceci pendant des années.

Pendant un certain moment, il est important de se rappeler de ce tragique épisode, et de définir quelles en sont les conséquences dans le secteur, à l’heure actuelle. Pour cela, nous nous y intéressons en traitant exclusivement de ses impacts, sur l’indice CAC 40. Bonne lecture !

Un bref retour sur la crise de 2008

Dans les finances, tout se déroule un peu comme dans la chaîne alimentaire. Dès qu’un maillon est touché, tout le reste en est totalement bouleversé, puisque l’un entraine l’autre et ainsi de suite. Tout a commencé avec la crise des subprimes en 2007, entrainant la faillite de plusieurs banques. La goutte d’eau qui aura fait déborder le vase est bien sûr l’effondrement de la banque Léman Brothers aux États-Unis.

3

Un état de choses qui sans nul doute a eu directement des répercussions sur l’environnement économique européen. Comme un virus contagieux, tout le monde fut contaminé, peu importe le domaine. En ce que l’on pourrait appeler un « clin d’œil », le ciel s’assombrit sur le monde des finances. La bourse de Paris en a eu également pour son compte, mais à quel point ?

Le CAC 40 comme on ne l’a jamais vu

À la bourse de Paris, le CAC 40n est l’indice de choix. Il rassemble les plus grandes valeurs et les classes en fonction de leurs performances. C’est d’ailleurs en cela que pour prendre le pouls de l’économie nationale, les spécialistes se focalisent premièrement sur elle. Sur ce, cet indice a été la vitrine même de l’ampleur de la fameuse crise de 2008. En effet, à la fermeture, la chute était de 9,04 %. Ce qui est sans doute une catastrophe totale.

De mémoire d’homme, le CAC 40 n’a jamais connu une telle baisse depuis son entrée en vigueur en 1987. La crise en Amérique aura tout simplement entrainé avec elle les grandes entreprises côtés à la place de Paris. Causant du coup une méfiance totale de la part de toutes les autres bourses, qui sans aucun doute ont reçu leur part de la mauvaise surprise.

Entre discrédit et reconstruction

Un feuilleton aussi tragique que celui de la crise de 2008 ne peut ne pas susciter des réactions de part et d’autre. La méfiance a gagné le cœur de la majeure partie des investisseurs, ce qui est bien sûr, une mauvaise tournure pour les banques et entreprises. Les économistes et autres spécialistes des secteurs de finances ont donc repensé une grande partie de la structure des finances à l’échelle internationale. Même si ce n’était pas la solution miracle pour changer les données sur-le-champ, cela permet de nos jours qu’une surprise de ce genre ne vienne s’abattre de nouveau sur le secteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *